Libérer l’entreprise !

Posté par Institut Concerto

Retour sur les Journées du Bonheur au Travail, organisées par la Fabrique Spinoza, les 12, 13 et 14 février 2015 à Paris.

logo_bonheur_au_travail

Nous sommes allés voir et écouter ce qui pouvait bien réunir des personnes autour de l’idée (incongrue ?) du « Bonheur au travail ».

Nous avons pu assister à deux ateliers, l’un sur la question « Comment humaniser l’entreprise ? » et l’autre sur le thème : « Vivre une démarche de libération ». Vaste programme !!

HUMANISER L’ENTREPRISE

L’idée, dans le premier était de présenter des pratiques pouvant être intégrées en entreprise pour replacer l’humain au centre. Il y était beaucoup question d’alignement personnel, et d’ancrage : « tête, cœur, corps », pour reprendre la formule consacrée.

Comment échauffer le corps, et la voix avec Ucka Ludovic Llolo, importer de la poésie dans nos entreprises avec Vincent Avanzi ou adopter une attitude optimiste avec Christine Cayré.

Beaucoup de pratiques que Muriel Garcia (Direction Qualité du Groupe La Poste, Présidente d’Innov’acteurs et membre d’Entreprise et Convivialité),  a su remettre en perspective afin d’éviter tout effet « bisounours » (pour reprendre ses termes).

Selon Muriel Garcia, c’est aujourd’hui à la croisée des enjeux de croissance et d’innovation de l’entreprise, et des enjeux de communautés collaboratives, que se définit la mission du manager : donner envie, créer de l’enthousiasme et permettre aux différents individus de coopérer.

La posture managériale reposerait sur un triptyque : « Assertivité, Authenticité et Congruence ». – Assertif : j’ose m’exprimer de façon différente « – Authentique : je reste moi-même – Congruent : je dis ce que je fais et ce que je fais ce que je dis ».

 

LES ENTREPRISES LIBEREES

Finalement c’est le deuxième atelier qui nous a particulièrement marqué par ses témoignages. Des expériences concrètes vécues depuis plusieurs années dans des entreprises, qui ont décidé de mettre en œuvre un nouveau schéma organisationnel participatif.

Ces PME de 200 à 700 collaborateurs s’appellent Poult, Chronoflex, Lippi et IMA Technologies. Elles gagnent des parts de marchés dans des secteurs aussi variés que la biscuiterie industrielle, les flexibles hydrauliques, les clôtures, ou la relation client !

Les organisateurs de cet atelier ont réussi à ne pas en faire une conférence dogmatique sur le concept de l’entreprise libérée, mais au contraire, un moment de rencontre entre des salariés opérationnels apportant leur vécu, et les participants dans la salle.

le-manifeste-en-bd

Avec un recul de plusieurs années, ces entreprises se sont ainsi libérées de contraintes, pour un mieux-être au quotidien, une plus grande intelligence collective et une plus grande agilité. Elles ont mis en oeuvre des démarches participatives pour réfléchir à de nouvelles organisations, opérer des suppression d’échelons hiérarchiques, mis en place des coachs internes, défini des « valeurs-limites » que chaque collaborateur s’engage à ne pas franchir, mis en valeur des principes de droit à l’erreur, d’auto-régulation, de transparence de l’information, d’exemplarité, de management par le bon sens au quotidien, ou encore de processus itératifs « On avance en marchant ».

Une belle bouffée d’oxygène. Preuve que le bien-être des collaborateurs peut être réellement source de performance pour l’entreprise !

POUR ALLER PLUS LOIN

– les Journées du Bonheur au Travail

– le teaser du film de Martin Meissonnier : Le Bonheur au Travail

– le film intégral diffusé sur Arte le 24 février

– l’article  : « Poult : le management démocratique existe » par Internetactu

– lire l’article :  « Entreprises libérées », par l’internome

Open Room

Posté par Institut Concerto

Sharing economy, open source, …et pourquoi pas « open room »?

Parce que nous croyons aux vertus de la coopération, du partage, à une posture d’ouverture, et à la circulation des énergies, nous ouvrons notre salle de réunion et de formation aux professionnels de l’accompagnement et du conseil qui partagent cette philosophie de vie.

Pour plus de renseignements : contact@institut-concerto.com ou 01 43 31 06 41.

Accès : 13 rue de Caumartin, 75009 Paris. RER A Auber, Métro Madeleine, Métro Opéra, Métro Havre-Caumartin

L’innovation sociale au service du bien-être et … de la performance

Posté par Institut Concerto

Le 25 novembre dernier, nous étions au Parlement des Entrepreneurs d’Avenir à Lyon.

L’occasion de prendre la température de ce méta-réseau de réseaux qui allie groupes, PME et TPE actives en région Rhône-Alpes. Et l’occasion d’en savoir plus sur leurs préoccupations en termes d’innovation.

Le thème « Mieux innover pour transformer la société » a été balayé à travers les questions d’innovations technologiques, de financement, de management, de coopération avec les sociétés civiles,…et de façon plus globale sur les questions de progrès technologique, humain, et social.

Cette journée a fait résonance avec notre croyance, à l’Institut Concerto,  en un lien de causalité entre bien-être et performance des organisations.

Nous avons particulièrement apprécié les interventions du philosophe Patrick Viveret, et les échanges sur le débat : « Comment libérer l’humain pour mieux innover ?».

 

UNE INNOVATION, DES INNOVATIONS

L’intérêt de cette journée a été de sortir de l’innovation produit et de l’innovation marketing, pour aller plus loin vers des innovations managériales et d’organisation. Un parti pris qui permet de sortir du prisme hégémonique du digital. Et oui il n’y a pas que des start-ups qui innovent aujourd’hui !

La notion de stress au travail a été abordée. Et notamment du passage de la croyance en un stress « levier » pour mettre en mouvement les collaborateurs, à une prise de conscience de ses limites. Il a sans doute fallu connaître des excès pour remettre en question cette idée ou, tout au moins la nuancer.

Dominique Steiler, Directeur de la Chaire Mindfulness de L’EM de Grenoble, nous invite ainsi à changer de paradigme et à instaurer un cadre suffisamment sécurisé pour libérer la créativité des collaborateurs. Ce changement demandera du temps, du courage, il demandera d’être ferme et bienveillant : « Etre aussi doux que possible, aussi ferme que nécessaire ».

Laure Brahami, Chargée de Mission à la DIRECTTE Rhône-Alpes s’est intéressée à la question du lien entre Bien-être et Performance Economique. Elle a dressé une enquête qualitative à partir d’entretiens menés de 2012 à 2013 auprès de chefs d’entreprise. Trois mécanismes semblent ainsi relier bien-être et performance économique : l’amélioration de l’engagement des salariés, l’instauration d’un fonctionnement propice à l’innovation et la diminution de l’absentéisme et du turn-over.

Les entretiens avec les entreprises ont permis d’identifier un certain nombre d’éléments utiles voire indispensable de prendre en compte dans le cadre d’une démarche de bien-être :

  • Avoir un projet pour l’entreprise et le partager
  • Se rassembler autour de valeurs
  • Répondre aux besoins fondamentaux
  • Favoriser l’autonomie à tous les échelons
  • Permettre à chacun de mieux se connaitre
  • Connaitre et gérer les talents
  • Repenser la gouvernance et le dialogue social

C’est sur dernier aspect d’organisation que l’exemple donné par Laurence Ruffin a été enrichissant. En effet, les membres de la société informatique Alma, ont choisi le statut et l’organisation originale de la Scop. Dans ce modèle, chaque nouveau candidat rencontre l’ensemble des membres, chaque salarié devient au bout d’un an d’ancienneté associé. L’information économique et sociale est transparente et transmise à tous. Les managers sont automatiquement validés et évalués par leurs équipes.

 

INNOVATION ET SENS

La question de l’innovation et du sens peut être scindée en deux approches.

Dans la première, certains entrepreneurs font le choix de se lancer dans une activité qui fait sens. Sens pour eux, sens pour leurs collaborateurs, et sens pour leurs clients. C’est par exemple le cas de Patricia Gros-Micol, qui a fait le choix de lancer avec Handishare une activité de solutions tertiaires à distance en embauchant uniquement des salariés en situation de handicap. L’idée est de proposer un service payant à ses clients, qui remette à l’emploi des salariés souvent en reconversion professionnelle issus de professions initiales diverses avec un niveau de qualification souvent faible.

Dans la deuxième approche, se pose la question du sens que prennent ces innovations. Elles viennent en déplacement ou en rupture de schémas classiques. Elles amènent une réelle métamorphose selon Patrick Viveret.

 

Le philosophe et activiste en profite pour aller plus loin et réquisitionne la question de la valeur. L’objectif est-il d’augmenter uniquement le chiffre d’affaire, les fonds de roulement, les marges ?

Vraisemblablement, non. Patrick Viveret avance la notion de vivant, la question de l’environnement et de l’humain, et propose que de nouveaux indicateurs soient intégrés dans les outils de pilotage de l’entreprise, vers une nouvelle « comptabilité bénéfique ».

Pour aller plus loin :

-article « Les trois règles de l’innovation »

– Etude Bien-être et Performance économique – le sens et la  reconnaissance au cœur de la performance – Laure Brahimi (DIRECCTE Rhône-Alpes, juin 2014)

Chaire Mindfullness, bien-être au travail et paix économique de l’école de Management de Grenoble

– Les storifys : résumés de la journée en tweets

– 21 janvier 2015 : Rencontre avec Patrick Viveret et l’association SOL France, partenaire de l’Institut Concerto

Handishare

Deux ou trois idées marquantes sur le leadership à l’ère du numérique

Posté par Corinne

Merci à Carine Dartiguepeyrou de m’avoir informée de cette conférence organisée par la Fondation Telecom sur « Leadership et nouvelles expressions du pouvoir à l’ère numérique ».

On pourrait penser que le numérique nous éloigne de la dimension relationnelle. En réalité, la dimension humaine s’est imposée dans le discours des intervenants. Dorothée Burkel, DRH de Google France, a évoqué par exemple le nécessaire travail du manager sur sa posture. A quel moment doit-il s’effacer ?  A quel moment au contraire doit-il renforcer sa présence ?

Cette agilité de posture me ramène à la notion de « servant leader », un manager au service de l’émergence du leadership de ses équipes. Introduite la première fois dans les années 70 par Robert K. Greenleaf dans « The Servant as Leader », elle a été remise au goût du jour par le courant sur le management agile ces dernières années. Aujourd’hui, être dans l’autorisation plutôt que dans le contrôle semble être plus adapté à la complexité du XXIème siècle.

« La vertu qui vient du dedans »

Mieux on se connait soi-même, plus on se rapproche de ce que l’on aime faire, mieux on le fait. Pour moi, le secret de la performance est là. Et celui du bonheur aussi. Christophe André, psychiatre et auteur d’un excellent blog  parlait récemment dans un atelier à l’ANVIE (Association nationale de valorisation interdisciplinaire de la recherche en sciences humaines et sociales auprès des entreprises) du lien entre la capacité à être heureux et l’engagement altruiste dont nous faisons preuve, notre capacité à venir en aide aux autres. Dorothée Burkel de Google fait le lien entre ce que Spinoza appelle « la vertu qui vient du dedans » (qu’elle relie aux initiatives individuelles de volontariat, bénévolat…) et la performance dans l’entreprise. De quelle manière les personnes engagées dans des actions bénévoles ou citoyennes sont également celles qui sont les plus impliquées dans leur travail et produisent de meilleurs résultats.

Une école du droit à l’erreur ?

Barbara Dalibard, DG de SNCF Voyage raconte que la plupart des leaders du net sortent des écoles Montessori. Dans ces écoles se pratique une pédagogie du droit à l’erreur et la diversité y est cultivée comme une richesse. Il est donc grand temps d’autoriser enfin nos collaborateurs à échouer. L’essentiel n’est-il pas d’essayer ?

Barbara Dalibard souligne également que dans le cadre de l’innovation comme dans celui de la sécurité ferroviaire, l’autorité de compétence est clé. Et ce qui compte avant tout, c’est la manière d’exercer le leadership au plus près du terrain afin de remonter les signaux faibles. Un accent supplémentaire mis sur la capacité d’écoute, d’empathie et d’alliance du leader.

L’entreprise de demain en mode bêta : l’organisation agile

Discours intéressant également de Benjamin Tincq cofondateur et connector chez Ouishare, sur le modèle de l’organisation, en « beta permanente». Et si on transposait l’agilité managériale à l’échelle d’une organisation ; mais alors à quoi ressemblerait cette entreprise des temps modernes ? Elle pourrait être composée de personnes autonomes et contributives, dont les pratiques s’appuient sur des modèles horizontaux et qui acceptent le principe d’un modèle de rétribution dynamique qui se construit en marchant et qui est fonction de l’implication de chacun. N’est-ce pas comme Benjamin Tincq l’affirme, « l’action qui légitime la capacité à être leader ».

Corinne Ejeil

Ecomanagement : une autre vision de la performance

Posté par Institut Concerto

Quel manager-jardinier serez-vous en 2014 ?

Première Pause Concerto de l’année

Vendredi 7 février de 12 à 14 heures

Institut Concerto et ses partenaires ont l'opportunité 
d'accueillir Francis Karolewicz

untitled 2

Au menu du vendredi 7 février

La rencontre avec Francis Karolewicz

Co-auteur de Rh & Développement durable (2005)et auteur de Ecomanagement (2010)

Découverte du concept de développement durable des ressources humaines

Focus sur le manager jardinier : 12 étapes pour cultiver les ressources de son équipe

Le déjeuner : Saveurs du jardin   INVITATION SUR DEMANDE

Nouvelle Pause atelier-déjeuner Concerto : vendredi 13 décembre

Posté par Institut Concerto
LA SOPHRO AU BUREAU
10 techniques flash à pratiquer au quotidien

pause-atelier-dejeuner20131

Au menu du vendredi 13 décembre : 12 h – 14 h 

L’atelier :

– Expérimentation d’ une boîte à outils de détente rapide à pratiquer au travail et dans son quotidien (micro-pauses, respiration, relaxations rapides)

– Réflexions sur les différents mécanismes de récupération et leur mise en application pour soi, son équipe et son organisation.

Animatrice :  Charlotte Maignan .

Après une première vie professionnelle en tant que manager dans le secteur audiovisuel, elle intervient depuis cinq ans en entreprise comme sophrologue et consultante formatrice en bien-être et gestion du stress.

Elle développe  des solutions personnelles , concrètes et opérationnelles qui prennent en compte le physique, le mental et l’émotionnel.

Elle est partenaire d’Institut Concerto.

Le déjeuner :

Détentes & saveurs

 

Uniquement sur Invitation

 

Première Pause atelier-déjeuner Concerto : vendredi 18 Octobre

Posté par Institut Concerto

Institut Concerto inaugure une série d’ateliers-déjeuners sur les liens entre

bien-être individuel, Bandeau pour blog copie

engagement des équipes et 

performance de l’organisation.

 

Le premier atelier-déjeuner porte sur le thème :

Comment faire du bien-être au travail un levier d’efficacité individuelle et collective ?

Au menu du vendredi 18 octobre :                                                                     

L’atelier de 12 h 15 précises à 13 h 15

– Expérimentation d’outils d’intelligence collective

– Elaboration de pistes opérationnelles pour votre entreprise

Animatrice : Annette Monnoury

Partenaire d’Institut Concerto, elle forme les managers au développement de leurs ressources individuelles par des techniques de bien‐être et conduit plus globalement depuis 10 ans des démarches co‐ élaboratives  permettant d’actionner les leviers de la qualité de vie au travail.

Le déjeuner: 13h15 à 14 h
échanges & saveurs

Uniquement sur Invitation

Explorer les liens entre bien-être individuel, engagement des équipes et performance de l’organisation

Posté par Institut Concerto

C’est le thème central et le fil rouge des Pauses Concerto, une initiative Institut Concerto , en co-création avec ses partenaires.

Comment ça se passe ?

Sous forme d’ateliers-déjeuners  , selon une séquence qui intègre  durant une heure l’atelier proprement dit puis le déjeuner  » échanges & saveurs  » pour préciser , élargir, personnaliser les idées évoquées , les expériences relatées lors de l’atelier.

Le ton de ces ateliers-déjeuners est celui de la pause , pause détente certes et aussi  parenthèse professionnelle nourrissante et rafraîchissante

Les ateliers se déroulent dans les locaux d’Institut Concerto, en petit comité.

Quand cela a t-il lieu ?

Précisément à l’heure du déjeuner , de 12 à 14 heures

La première Pause Concerto, animée par Annette Monnoury a eu lieu le Vendredi 18 Octobre 2013  sur le thème

Comment faire du bien-être  au travail un levier d’efficacité individuelle et collective ? Lire la suite

Le changement provient de la marge

Posté par admin

La marge, c’est l’espace que l’on a autour de soi, c’est aussi la marge de la page, traitée différemment du corps de la page, blanche pour y mettre des annotations, des repères ; ce peut aussi être ce blanc tournant  qui met en valeur une image

C’est à chaque fois l’expression  d’une respiration, d’un espace de liberté, d’une ouverture !colage mm

«  Il n’y a de vie que dans les marges «  notait déjà H de Balzac Lire la suite

Etre manager face aux risques psycho-sociaux : quelle posture ?

Posté par Institut Concerto

Escalier

Au niveau de l’équipe et à titre individuel, le manager de proximité est désigné comme le premier acteur de prévention des risques psycho-sociaux

(Enquête IFOP GDSE 2007, rapport LAROSE, LACHMANN, PENICAUD  http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/02_17_Rapport_-Bien-etre_et_efficacite_au_travail-.pdf)

Un acteur de prévention, certes, mais également le premier sur le banc des accusés. Les managers sont de plus en plus inquiets. Dans bien des cas, ils n’osent plus donner des ordres de peur de se faire accuser de harcèlement.

Comment exercer son autorité ? Voilà le véritable enjeu des managers actuellement. Le rapport de force s’est inversé. Et pourtant le paradoxe est que moins une équipe est dirigée et encadrée, plus il y a de probabilités que s’y développent des pratiques à risques psychosociaux. Lire la suite